L’Aumône Obligatoire – Zakât –

L’Aumône Obligatoire – Zakât –
بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

La louange est à Dieu le Créateur du monde Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps, rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit, quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent, et que l’élévation en degré et la préservation de sa communauté de ce qu’il craint pour elle soient accordées à notre maître MouHammad Al-‘Amîn, l’Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l’islam la religion de tous les Prophètes du premier ‘Adam au dernier MouHammad.

Allâh ta`ala dit :

{ وَأَقِيمُواْ الصَّلاَةَ وَءاتُواْ الزَّكَاةَ وَارْكَعُواْ مَعَ الرَّاكِعِينَ }

( wa ‘aqîmou S-Salâta wa ‘atôu z-zakât )

ce qui signifie : « Accomplissez la prière et donnez la zakât », [ sôurat  Al-Baqarah / 43 ].

Dans la langue arabe, le mot zakât signifie : la purification  et  l’accroissement. Selon la Loi, c’est le nom de ce que l’on paye sur un bien ou sur le corps, de façon spécifique. La zakât a été appelée ainsi parce que les biens s’accroissent par la bénédiction du versement de la zakât et parce que celle-ci purifie des péchés celui qui la paye.

La zakât fait partie des choses les plus éminentes de l’Islam ; Allâh l’a ordonnée la deuxième année après l’Hégire.

Les choses sur lesquelles la zakât est un devoir:

La zakât est un devoir sur certaines choses, parmi lesquelles :

1 – Le bétail : ce sont les chameaux, les bovins, les chèvres et les moutons.

2 – Les récoltes que les gens prennent comme nourriture de base quand ils ont le choix : c’est-à-dire celles dont les hommes font provision d’ordinaire afin de s’en nourrir, comme le blé, l’orge ou le maïs; ce n’est pas le cas des fruits tels que les pommes et les oranges.

3 – Les fruits : la zakât est obligatoire sur deux sortes d’entre eux : les dattes et les raisins secs;

4 – Les biens commerciaux : le commerce consiste à faire tourner les biens dans la vente et l’achat dans le but de faire des profits, comme lorsqu’on vend et qu’on achète puis que l’on revend et que l’on achète et ainsi de suite;

5 – les deux monnaies précieuses ( naqd ) : ce sont l’or et l’argent métal.

Il est aussi obligatoire de verser la zakât de la fin du jeûne ( zakâtou l-fiTr ) : c’est une zakât sur le corps et non sur les biens, une zakât que le musulman verse sur lui même ainsi que sur sa femme, ses enfants non pubère et ses parents s’ils sont pauvres. On la verse pendant le mois de RamaDân ou le jour de la fête de la fin du jeûne.

Ceux qui ont droit à la zakât :

Il n’est permis de verser la zakât qu’ à ceux qui y ont droit. Ce sont les huit catégories de gens que Allâh ta`âlâ cite dans le Qour’ân honoré, dans la ‘âyah :

{ إِنَّمَا الصَّدَقَاتُ لِلْفُقَرَاء وَالْمَسَاكِينِ وَالْعَامِلِينَ عَلَيْهَا وَالْمُؤلَّفَةِ قُلُوبُهُمْ وَفِي الرِّقَابِ وَالْغَارِمِينَ وَفِي سَبِيلِ اللهِ وَابْنِ السَّبِيلِ فَرِيضَةً مِّنَ اللهِ وَاللهُ عَلِيمٌ حَكِيمٌ }

(‘innama S-Sadaqâtou li l-fouqarâ’i wa l-maçâkîni wa l-`âmilîna `alayhâ wa l-mou’allafati qoulôubouhoum wa fi r-riqâbi wa l-ghârimîna wa fi sabîli l-Lâhi wa bni s-sabîl )

ce qui signifie : « Certes, les aumônes obligatoires ne sont destinées qu’aux miséreux, aux pauvres, à ceux qui travaillent au service de la zakât , aux nouveaux convertis, aux esclaves [ qui ont passé un contrat d’affranchissement ], aux endettés [ qui ne peuvent pas s’acquitter de leurs dettes ], aux combattants [ bénévoles ] et au voyageur [ qui n’a pas ce qui lui permet d’atteindre sa destination] », [ sôurat At-Tawbah /60 ].

1 – Les miséreux : ce sont ceux qui ne trouvent pas la moitié de ce qui leur suffit ( al-fouqarâ’ ).

2 – Les pauvres : ce sont ceux qui ne trouvent pas la totalité de ce qui leur suffit pour vivre mais en trouvent tout de même la moitié ( al-maçâkin ).

3 – Ceux qui travaillent au service de la zakât : ce sont ceux que le Calife a chargés de collecter la zakât  sans rémunération ( al-`âmilôuna `alayha ).

4 – Les nouveaux convertis : ce sont ceux qui sont entrés récemment en Islam et dont la ferveur est encore faible, ou bien ceux dont on espère, en leur donnant de la zakât , que leurs semblables entrent en Islam ( al-mou’allafatou qoulôubouhoum ).

5 – Les esclaves : ce sont les esclaves qui ont passé un contrat d’affranchissement, c’est-à-dire ceux dont les maîtres ont demandé une somme d’argent pour les affranchir ( fi r-riqâb ).

6 – Les endettés : ce sont ceux qui ne peuvent pas s’acquitter de leurs dettes ( al-ghârimôun ).

7 – Les combattants bénévoles : ce sont les combattants bénévoles dans la voie que Allâh  agrée. La signification du terme fî sabîli l-Lâh  ne recouvre donc pas ici tous les actes de bienfaisance.

8 – Le voyageur : c’est le voyageur qui n’a pas sur lui de quoi pouvoir atteindre sa destination ( ‘ibnou s-sabîl ).

Les conditions de la zakât :

Il y a deux sortes de conditions pour la zakât : les conditions d’obligation ; et les conditions de validité.

Il y a cinq conditions d’obligation :

1 – l’Islam,

2 – la liberté,

3 – la propriété à part entière,

4 – qu’une année lunaire se soit écoulée sur les biens sujets à cette condition,

5 – que les biens aient atteint le seuil qui est la valeur en dessous de laquelle la zakât  n’est pas obligatoire. De plus, concernant le bétail, il est aussi une condition qu’il ait été mené en pâturage dans un herbage libre et qu’il ait pas été affecté à une tâche comme le labour.

Les conditions de validité sont :

1 – que la zakât  soit versée à ceux qui y ont droit : ce sont les huit catégories citées précédemment ;

2 – qu’elle soit donnée à un musulman : il n’est pas valable de la donner à celui qui ne l’est pas ;

3 – qu’elle soit donnée à une personne libre : ( il n’est donc pas permis de la donner à un esclave ), sauf si celui-ci a conclu un contrat d’affranchissement avec son maître.

4 – que le bénéficiaire ne soit ni de Hâchim ni un descendant de Al-MouTTalib. Ainsi, il n’est pas permis à un descendant du Prophète de consommer du bien de la zakât même s’il est pauvre.

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

Articles en Relation