L’Émigration Bénie du Prophète MouHammad : l’Hégire

L’Émigration Bénie du Prophète MouHammad : l’Hégire

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

La louange est à Dieu, le Créateur du monde. Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps; rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit, quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent, et que l’élévation en degré et la préservation de sa communauté de ce qu’il craint pour elle soient accordées à notre Maître MouHammad Al-’Amîn, l’Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l’Islam la religion de tous les Prophètes du premier ‘Adam `alayhi s-salâm au dernier MouHammad Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam.

Mercredi 14 Octobre 2015 correspond au 01 MouHarram 1437, nouvelle année de l’Hégire. Que Dieu vous accorde le bien, la piété et la bonne guidée. Que Dieu agrée vos actes d’adoration. Koullou `âm wa ‘antoum bikhayr. ‘amîn

Le Prophète MouHammad Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a émigré de la Mecque à Médine sous l’ordre de Dieu ce n’est pas par fuite ni lâcheté, ceci n’est pas digne des prophètes qui sont les plus courageux des créatures de Dieu. Le prophète MouHammad est le plus courageux des hommes. Il lui a été accordé la force de quarante hommes forts.

C’est le compagnon `Oumar ibnou al-KhaTTâb, que Allâh l’agrée, qui a été le premier à compter les années lunaires à partir de l’Émigration du Prophète. C’est donc lui qui a instauré le calendrier de l’Hégire.

Allâh ta`âlâ dit dans le Qour’ân honoré au sujet du Prophète صلى الله عليه وسلام :

﴿إِلاَّ تَنصُرُوهُ فَقَدْ نَصَرَهُ اللّهُ إِذْ أَخْرَجَهُ الَّذِينَ كَفَرُواْ ثَانِيَ اثْنَيْنِ إِذْ هُمَا فِي الْغَارِ إِذْ يَقُولُ لِصَاحِبِهِ لاَ تَحْزَنْ إِنَّ اللّهَ مَعَنَا فأنزلَ اللهُ سكينتَهُ عليهِ وأيَّدَهُ بجنودٍ لمْ تَرَوْهَا وجَعَلَ كلمةَ الذينَ كفَروا السُّفلى وكلمةَ اللهِ هيَ العُليَا واللهُ عزيزٌ حكيمٌ﴾

(‘il-lâ tanSourôuhou faqad naSarahou l-Lâhou ‘idh ‘akhrajahou l-ladhîna kafarôu thâniya thayni ‘idh houmâ fi l-ghâri ‘idh yaqôulou liSâHibihi lâ taHzan ‘inna l-Lâha ma`anâ fa’anzala l-Lâhou sakînatahou `alayhi wa ‘ayyadahou bijounôudin lam tarawhâ wa ja`ala kalimata l-ladhîna kafarôu s-souflâ wa kalimata l-Lâhi hiya l-`oulyâ wa l-Lâhou `azîzoun Hakîm)

ce qui signifie : « Et si vous ne lui portez pas assistance, « sachez que » Allâh lui a accordé la victoire lorsque, en raison des actes de ceux qui avaient mécru, le Messager est sorti avec son compagnon. Lorsqu’ils étaient tous deux dans la grotte, il disait à son compagnon :  » Ne sois pas triste, Allâh nous accorde la victoire. » » [sôurat at-Tawbah / 40]

Lorsque le Messager de Allâh صلى الله عليه وسلّم a reçu la Révélation, il lui a été ordonné de transmettre et de mettre en garde publiquement, et sans combattre au début ; afin d’appeler à l’adoration de Allâh. Il allait à la rencontre des Arabes idolâtres qui venaient de toutes les régions, au moment où ils se rassemblaient à l’occasion de leur pèlerinage. Et le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam disait :

(( قولوا لا إله إلا الله تفلحوا ))

ce qui signifie : « Ô vous les gens, dites lâ ‘ilâha illa l-Lâh ; et vous récolterez le succès ».

Aussi, il a appelé à la justice, à la générosité et au bon comportement. Il a interdit le mal et l’injustice.

Certains gens ont cru en lui comme Abôu Bakr, `Outhmân, `Aliyy, Bilâl et d’autres encore. Quant au reste des gens, la plupart demeurèrent dans la mécréance et commencèrent à nuire au Prophète ainsi qu’à ses compagnons.

Lorsque la nuisance était devenue intense, certains de ses Compagnons ont émigré la première fois en Abyssinie. Ils étaient environ quatre-vingt, et parmi eux il y avait `Outhmân ibnou `Affân et Ja`far ibnou abî Tâlib, que Dieu les agrée.

Pendant la période du pèlerinage des idolâtres, le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam avait rencontré un groupe de gens de la tribu de al-Khazraj de Yathrib (Médine) ; il les a appelés à l’Islam et ils se sont convertis. Ensuite, l’année suivante ils sont revenus plus nombreux, et à leur départ le Messager de Allâh les fit accompagner par Ibnou Oummi Maktôum et Mouŝ`ab ibnou `Oumayr afin d’enseigner aux Musulmans de parmi eux, le Qour’ân et d’inviter ceux qui n’étaient pas musulmans à l’Islam.

Lorsque le nombre des Partisans (AnSâr) du Messager de Allâh augmenta à Yathrib (Médine), Allâh ordonna aux Musulmans l’émigration à Médine, ce qu’ils accomplirent.

La plupart des Musulmans ont émigré à Médine de nuit. Parmi les émigrants, se trouvait `Oumar ibnou l-KhaTTâb, que Allâh l’agrée. Il sortit de la Mecque en plein jour, accompagné de quarante émigrants faibles et de condition modeste. Il brandissait son épée et disait avec une voix forte aux guerriers de Qouraych :

« يا معشر قريش من أراد منكم أن تفصل رأسه أو تثكله أمه أو تترمل امرأته أو ييتم ولده أم تذهب نفسه فليتبعني وراء هذا الوادي فإني مهاجر إلى يثرب »

ce qui signifie : « Ô peuple de Qouraych ! celui qui veut perdre sa tête ou qui veut que sa mère perde un enfant ou qui veut que sa femme devienne veuve ou qui veut que son enfant devienne orphelin ou qui veut perdre sa vie, alors qu’il me suive derrière cette vallée, car j’émigre à Yathrib ! », mais aucun d’entre eux ne s’est avancé pour se mettre entre lui et les Émigrants.

Les idolâtres de Qouraych prirent la décision commune de tuer le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam. Dans chaque tribu, ils choisirent un guerrier pour qu’ils le frappent comme s’il s’agissait du coup d’un seul homme, afin que toutes les tribus portent la responsabilité de cet assassinat. C’est pour cela Jibrîl, `alayhi s-salâm est venu voir le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam, l’informant du complot des mécréants et lui ordonnant de ne pas dormir dans le lieu où il avait l’habitude de dormir.

Le Messager de Allâh appela alors `Aliyy ibnou Abî Talib et lui ordonna de dormir sur son lit et de se couvrir de sa tunique verte, ce qu’il fit. Ensuite, le Messager de Allâh sortit à leur rencontre, alors qu’ils étaient à sa porte. Il tenait dans sa main une poignée de terre qu’il dispersa sur leur tête, et récitait le début de sôurat Yâ-sîn jusqu’au verset 9 :

﴿فَأَغْشَيْنَاهُمْ فَهُمْ لاَ يُبْصِرُون﴾

ce qui signifie : « Nous les recouvrons d’un voile, et voilà qu’ils ne peuvent pas voir ».

A leur arrivée au matin, ils découvrirent `Aliyy ibnou Abî Talib et l’ont interrogé au sujet du Prophète. Il leur répondit : « Il est sorti. » Ils recherchèrent sa trace dans toutes les directions en demandant aux gens s’ils ne l’avaient pas vu.

Ensuite, le Messager de Allâh a émigré de La Mecque tout en supportant les difficultés du voyage. Lieu de sa naissance, elle était la ville qu’il aimait le plus. Il y demeura treize années après la Révélation, appelant les gens à l’Unicité divine et à l’abandon de l’association à la divinité.

Le Messager avait déjà entrepris le voyage avec Abôu Bakr, et tous deux étaient arrivés à la grotte de Thawr. Ils y entrèrent, une araignée tissa sa toile, une colombe pondit et couva un œuf à l’entrée de la grotte. Et lorsque les hommes de Qouraych arrivèrent à la grotte, Abôu Bakr dit au Prophète ce qui signifie : « Ô Messager de Allâh si l’un d’entre eux regardait vers ses pieds, il nous apercevrait. » Alors, le Prophète lui dit :

(( يا أبا بكر ما ظنك بِاثنين الله ثالِثُهُما ))

ce qui signifie : « Ô Abôu Bakr, que penses-tu de deux personnes que Allâh protège et à qui Il donne la victoire ? » Cela signifie que c’est Allâh Qui les protège et les soutient. Cette parole ne signifie pas que Allâh ta`âlâ est avec eux dans la grotte. De même, la parole de Allâh ta`âlâ :

﴿إِذْ هُمَا فِي الْغَارِ إِذْ يَقُولُ لِصَاحِبِهِ لاَ تَحْزَنْ إِنَّ اللّهَ مَعَنَا﴾

qui signifie : « tandis qu’ils étaient tous les deux dans la grotte, il disait à son Compagnon : « Ne sois pas triste, Allâh nous protège et nous donne la victoire » », cela ne veut pas dire que Allâh est par Son être avec eux dans la grotte, mais ici al-ma`iyyah signifie être avec eux par Son soutien, autrement dit c’est Allâh ta`âlâ Qui les soutien et Qui les protège. Allâh ta`âlâ, n’a pas pour attribut l’occupation d’un endroit, Il est Celui Qui existe sans endroit, Il est Celui Qui est exempt de toutes les caractéristiques propres aux créatures. Voir: Dieu existe sans endroit et sans comment

Allâh ta`âlâ a protégé Son Prophète et son Compagnon, et tous deux ont poursuivi leur chemin jusqu’à arriver à Médine. Et là, les croyants l’accueillirent avec une grande joie tout en se réjouissant de son arrivée.

Le Prophète nomma la ville de Yathrib, la Ville Illuminée, al-Madînah al-Mounawwarah. Et, il établit la fraternité entre sa population et ses Compagnons émigrants, et il surnomma la population, al-‘AnSâr. Il construisit sa mosquée et son habitation.

Les Musulmans étaient tous unis, le fait d’amasser des richesses ne les séparait pas ; la jalousie et la haine ne les éloignaient pas les uns des autres. Leur image était comme celle d’une construction solide où les pierres se renforcent mutuellement. L’image de leur relation, de leur affection et de leur compassion est comme celle d’un seul corps ; si l’un de ses membres est atteint, c’est tout le corps qui est touché par la fatigue et la fièvre. Ainsi, les ‘AnSâr ont accueilli leurs frères émigrants, les ont aidés au point de partager leur argent et leurs biens avec eux.

L’Émigration du Prophète n’était pas pour fuir les mécréants, car le Prophète MouHammad est le plus courageux des créatures de Allâh (voir: Préservation, Attributs et Caractéristiques des Prophètes et Messagers). L’Émigration du Prophète n’était pas non plus par amour de la célébrité, de la renommée et du pouvoir. En effet, les notables de la Mecque étaient venus à lui et lui ont dit : « Si tu fais cela par recherche de l’argent, nous te rassemblerons de nos biens au point que tu deviendras le plus riche d’entre nous ; et si tu recherches par cela le pouvoir nous te l’accorderons. » Mais, le prestigieux et éminent Prophète ne recherchait ni les plaisirs de la vie d’ici-bas ni la renommée ni le pouvoir. C’est pour cela qu’il a dit à son oncle Abôu Tâlib, lorsque celui-ci lui a demandé de ne pas s’opposer à son peuple et à ce qu’il adorait :

(( والله يا عم لو وضعوا الشمس في يميني والقمر في يساري على أن أترك هذا الأمر ما تركته حتى يظهره الله أو أهلك دونه ))

ce qui signifie : « Par Allâh ! Ô mon oncle, s’ils me donnaient le soleil dans la main droite et la lune dans la main gauche pour que j’abandonne cette mission, je ne l’abandonnerais pas ! Je continuerai jusqu’à ce que Allâh ta`âlâ la rende victorieuse ou que je meure en la défendant ».

Son Hégire n’était pas non plus pour la recherche du calme et du repos, il savait avec certitude que son appel véridique et son message de droiture devaient être accomplis conformément à l’ordre de Allâh.

Son Émigration eut lieu afin de propager l’Islam, la seule religion agrée de Allâh, d’établir l’état de la foi et de diffuser la parole Lâ ‘ilâha ‘il-la l-Lâh, il n’est de dieu qu Dieu sur toute la terre.

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

Articles en Relation

1 Comment

  1. Issou

    Alhamdu lillah, je suis ravi de connaître ce site islamique pour pouvoir connaître de plus sur l’islam. mash’Allah, qu’Allah nous facilite.

Les commentaires sont fermés