Exégèse Sourat Al-‘IkhlâS Tafsir

Exégèse Sourat Al-‘IkhlâS Tafsir
بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

La signification de Bismi l-Lâh est je commence en citant le nom de Allâh et le terme Allâh est un Nom propre, spécifique à Dieu, qui désigne l’Être glorifié, Qui mérite l’extrême glorification, Qui mérite l’extrême limite de l’humilité et de la soumission, Celui Qui a la Divinité, la puissance pour créer c’est-à-dire faire passer du néant à l’existence.

Le terme dieu est spécifique à Dieu et l’attribuer à autre que Dieu est de la mécréance même si c’est par plaisanterie ou dans un sens figuré.

Ar-RaHmân c’est-à-dire Celui Qui est très miséricordieux envers les croyants c’est-à-dire les musulmans, et les mécréants (les non-musulmans) dans ce bas monde et envers les croyants uniquement dans l’au-delà, spécifiquement aux croyants dans l’au-delà. Ar-RaHmân est aussi un nom spécifique à Dieu

Ainsi dans cette vie Allâh fait miséricorde aux musulmans et aux non-musulmans. Même l’air que respirent les mécréants est une miséricorde de Dieu mais dans l’au-delà, la miséricorde de Dieu est spécifique aux musulmans. Donc il n’est pas permis de demander miséricorde pour celui qui meurt non-musulman car Dieu ne pardonne pas à celui qui meurt mécréant.

Allâh ta`âlâ dit dans le Qour’ân :

﴿وَرَحْمَتِي وَسِعَتْ كُلَّ شَيْءٍ فَسَأَكْتُبُهَا لِلَّذِينَ يَتَّقُونَ﴾

ce qui signifie : “ La miséricorde de Dieu dans cette vie concerne le musulman et le non-musulman et elle est spécifique au musulman dans l’au-delà “, [sôurat al-‘a`râf ‘âyah 156].

Ar-RaHîm c’est-à-dire Celui Qui est très miséricordieux envers les musulmans.

Sôurat Al-‘Ikhlâŝ est Méquoise selon l’avis de Ibnou Mas`ôud et Médinoise selon l’un des avis de `Abdou lLâh fils de al-`Abbâs. , Elle est composée de quatre ‘âyah

Al-Boukhâriyy, Abôu Dâwôud et an-Naçâ’iyy et d’autres ont rapporté qu’un homme s’est levé de nuit et répétait sôurat Al-‘Ikhlâŝ plusieurs fois, le Prophète a été informé de cela et il a dit ce qui signifie : « par Celui Qui détient mon âme par sa puissance elle a une récompense qui ressemble au tiers du Qour’ân [une ressemblance par certains aspects du fait qu’elle comporte le sujet de l’Unicité de Dieu et cela ne veut pas dire qu’elle donne exactement la même récompense que le tiers du Qou’ân] ».

As-SouyôuTiyy a dit dans le commentaire de ŝaHîH mouslim : il a été dit que la signification est que le Qour’ân est en trois parties : récits, jugements et attributs de Dieu et Qoul houwa lLâhou ‘AHad est spécifique aux attributs, et semblable à cela a rapporté an-Nawawiyy dans le commentaire de ŝaHîH mouslim d’après al-Mâziriyy.

Al-HâfiDh Ibnou Hajar a dit dans son livre FatHou lBârî : Al-Bayhaqiyy a rapporté dans al-‘Asmâ’ wa ŝi-ŝifât avec une chaîne de transmission Haçan d’après Ibnou `Abbâs que les juifs sont venus au Prophète et lui ont dit : « Ô MouHammad, parle nous des attributs de ton Seigneur, Celui que tu adores ». Allâh a révélé qoul houwa lLâhou AHad jusqu’à la fin de la sôurat. Le prophète a dit : (hâdhihi Sifatou Rabbî `azza wa jall) ce qui signifie : « Ce sont les attributs de mon Seigneur `azza wa jall ». Ces gens qui étaient venus questionner le Prophète l’avaient fait non pas pour apprendre, mais par entêtement et moquerie.

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

{قُل هُوَ اللهُ أَحَد} (qoul houwa l-Lâhou ‘aHad) Dis c’est-à-dire Ô MouHammad.

« houwa lLâhou ‘aHad » c’est-à-dire Allâh est Celui Qui n’admet pas la pluralité ni la multiplicité, Celui Qui n’a pas d’associé à Lui-même, ni à Ses attributs et rien n’a d’attribut tel que Ses attributs. (الأَحَد) Al-‘AHad c’est Celui Qui n’admet pas la division et le fractionnement car Il n’est pas un corps. Certains ont dit : (الأَحَد) Al-‘AHad est dans le même sens que (الوَاحِد) Al-WâHid.

Dans le commentaire du chapitre de l’Unicité du ŝaHîH de al-Boukhâriyy, le HâfiDh Ibnou Hajar dit : « Quant à ahlou s-sounnah, ils ont expliqué le tawHîd par le fait de nier l’assimilation et la négation et c’est pour cela que al-Jounayd a dit dans ce qu’a rapporté al-Qouchayriyy : le tawHîd c’est de faire l’absolu distinction entre Celui Qui est exempt de début [c’est à dire Dieu] et ce qui est entré en existence. Abôu l-Qâcim at-tamîmiyy a dit dans le livre al-Houjjah : la signification de waHHadtou l-Lâh est qu’Il est unique par Lui même et Ses Attributs, Il n’a pas de semblable, ni d’égale  » ensuite il a dit : « Ibnou BaTTâl a dit : cela veut dire que Allâh n’est pas un corps car le corps est composé de parties ».

Allâh est exempt du corps et du comment. L’imam Abôu Soulayman Al-KhaTTâbiyy a dit : il est un devoir sur nous et sur tous musulmans de savoir que notre Dieu est exempt de l’image et de la forme car l’image implique le comment et cela est inconcevable au sujet de Dieu et de Ses Attributs.

Et il a dit aussi : (الوَاحِد) Al-WâHid c’est Celui Qui est unique par Lui-même, rien ne L’égale et (الأَحَد) Al-‘AHad c’est Celui Qui est unique par les attributs, rien n’a les mêmes attributs que Lui.

L’imam Abôu Hanîfah a dit : Dieu est unique pas dans le sens du nombre mais dans le sens qu’Il n’a pas d’associé. Ainsi Dieu est unique par Lui même, par Ses Actes et Ses Attributs. Quoique tu puisses imaginer Dieu en est différent, comme l’a dit l’imam Thawbân ibnou Ibrâhîm l’élève de l’imam Mâlik. L’imam Abôu Ja`far aT-TaHâwiyy a dit : Dieu est exempt des limites, des fins, des côtés, des membres et des organes. Il n’est pas contenu par les six directions comme le sont l’ensemble des créatures. Il a dit aussi : et celui qui attribut à Dieu un des sens des créatures, est certes devenu mécréant. Ceci est clair pour celui qui s’attache à la raison.

{اللهُ الصَّمَد} (Allâhou s-Samad) c’est-à-dire Celui de Qui ont besoin toutes les créatures, alors que Lui Il n’a besoin d’aucun être ; Il est Celui à Qui l’on s’adresse lors des difficultés de toute sorte, Celui Qui ne recherche pas un profit pour Lui par Ses créatures et Qui ne repousse pas grâce à elles une nuisance qui pourrait L’atteindre. On a dit également (الصَّمَد) As-Samad signifie le Maître absolu, Sa souveraineté englobe toute chose.

{لَمْ يَلِد} (lam yalid) Mouqâtil a dit : Il n’engendre pas.

{وَلَمْ يُولَد} (wa lam yôulad) Il n’est pas né de quelque chose qui Lui serait associée dans la divinité et ce, car les associateurs parmi les arabes disaient : les anges sont les filles de (الرَّحْمَن) Ar-RaHmân et les juifs disaient `Ouzayr est le fils de Allâh et les chrétiens ont dit : le Messie est le fils de Allâh. Il a déclaré qu’il n’est pas concerné par cela.

Le Hafidh Al-`Abdariyy a dit : {لَمْ يَلِد وَلَمْ يُولَد} (lam yalid wa lam yôulad) est une négation de la matière et du fait de prendre place en un lieu [au sujet de Allâh], c’est-à-dire qu’Il n’émane pas quelque chose de Lui et qu’Il ne prend pas place dans quelque chose.

{وَلَمْ يَكُنْ لَهُ كُفُواً أحَد} (wa lam yakoun lahou koufouwan ‘aHad) c’est-à-dire qu’Il n’a pas d’équivalent de quelque ordre que ce soit. Al-koufou’, c’est l’équivalent.

Al-Boukhâriyy a rapporté dans son SaHîH qu’un homme a dit au prophète : j’aime sôurat al-‘Ikhlâŝ, le prophète lui a dit ce qui signifie : Ton amour pour cette sôurah t’a fait entrer au paradis.

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

Articles en Relation

1 Comment

Les commentaires sont fermés