Articles en Relation

8 Comments

  1. Abou Ahmad

    La sagesse des versets non explicites, c’est que Allâh éprouve Ses esclaves pour que celui qui les interprète de la bonne façon obtienne une immense récompense et ceci est conforme à Sa parole ta`âlâ :يُضِلُّ بِهِ كَثِيرًا وَيَهْدِي بِهِ كَثِيرًا (youDillou bihî kathîran wa yahdî bihî kathîrâ) qui signifie : « Allâh égare par le Qour’ân beaucoup de gens et Il guide par le Qour’ân beaucoup de gens » [sourat Al-Baqarah / ‘ayah 26]. Ainsi, ceux dont Allâh a voulu qu’ils soient guidés par le Qour’ân seront bien guidés. Le Qour’ân n’est donc pas une cause de bonne guidée pour la totalité des gens. Ces versets sont à l’exemple d’autres miracles du Prophète, certains les ont vu et y ont cru, et d’autres les ont vu mais ont refusé la foi et se sont égarés.

  2. Abou Ahmad

    Allâh dit au sujet du Qour’ân : وَهَذَا لِسَانٌ عَرَبِيٌّ مُّبِينٌ (wa hâdha liçânoun `arabiyyoun moubîn) ce qui signifie : « Et la révélation s’est faite dans une langue arabe claire » [sourat An-Nahl / ‘ayah 103].

    On comprend de cette ‘âyah qu’une des bases essentielles pour la bonne compréhension du Qour’ân, c’est bien sûr la connaissance de la langue arabe. En effet, sans la maîtrise de cette langue, il n’est pas possible à la personne de connaître et de comprendre tous les sens valables du point de vue de la langue pour les expressions qui ont été mentionnées dans la révélation.

  3. Sunnite

    Le spécialiste de l’exégèse Fakhrou d-dîn ar-Râzî (mort en 606 H) a dit dans son tafsîr : at-tafsîr al-kabîr :

    {يٰأَيُّهَا ٱلنَّبِيُّ لِمَ تُحَرِّمُ مَآ أَحَلَّ ٱللَّهُ لَكَ تَبْتَغِي مَرْضَاتَ أَزْوَاجِكَ}

    [yâ ‘ayyouha n-nabiyyou lima touHarrimou mâ ‘aHalla l-Lâhou laka tabtaghî marDâta ‘azwâjika]

    ce qui signifie :  » Ô toi Prophète, pourquoi te prives-tu de ce que Allâh t’a rendu permis …  » [sôurat At-TaHrîm / ‘âyah 1]

    المراد من هذا التحريم هو الامتناع عن الانتفاع بالأزواج لا اعتقاد كونه حراماً بعدما أحل الله تعالى، فالنبي صلى الله عليه وسلم امتنع عن الانتفاع معها مع اعتقاده بكونه حلالاً ومن اعتقد أن هذا التحريم هو تحريم ما أحله الله تعالى بعينه فقد كفر فكيف يضاف إلى الرسول صلى الله عليه وسلم مثل هذا.

    Ce qui est visé par at-tHrîm est le fait de se priver d’une épouse et non pas le fait de croire que cela est interdit alors que Dieu l’a rendu licite. Ainsi le Prophète s’est privé de jouir d’une épouse en croyant que cela est permis. Et celui qui croit que at-taHrîm ici est le fait de considérer illicite ce que Dieu a rendu licite, devient mécréant, comment alors attribuer pareil chose au Prophète Salla lLâhou `alayhi wa sallam

  4. Sunnite

    Il faut faire attention aux traductions car ils comportent souvent des erreurs du fait que leurs auteurs ne sont pas qualifiés dans la science de la croyance , ni dans la science de l’exégèse et se suffisent à traduire mot à mot , ce qui mène à plusieurs erreurs

  5. Sunnite

    Dans le Hadîth Allâh yaghâr le prophète l’a expliqué par le fait que Dieu n’agrée pas que le croyant fasse ce qu’Il lui a interdit. Il faut préciser qu’il faut garder le terme d’origine en arabe et ne traduire que la signification. Ainsi il n’est pas permis de dire que Dieu est jaloux, en effet attribuer à Dieu les sentiment est de la mécréance. Voir Comment le Musulman Préserve sa Foi. Éviter Apostasie, Mécréance, Blasphème.

    Si on veut rapporter une mauvaise traduction d’un livre, il faut utiliser le discours rapporté en disant l’auteur a dit… ou il a été dit. En effet les anges notent ce qu’on dit.

  6. Sunnite

    ‘ilayhi en arabe dans la ‘âyah veut dire l’endroit agréé par Dieu qui est le ciel , c’est ce qu’on appel attribution d’honorabilité pour montrer l’honneur d’un endroit ou une créature comme on dit baytou lLâh c’est à dire la maison honorée par Dieu ou nâqata lLâh dans le Qour’ân au sujet de la chamelle du prophète SâliH, c’est à dire la chamelle honorée par Dieu

Les commentaires sont fermés