Les Choses qui Annulent le WouDôu’ petite ablution (plus d’explication)

Les Choses qui Annulent le WouDôu’ petite ablution (plus d’explication)
بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

La louange est à Dieu le Seigneur des mondes Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps, rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit, quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent, et que l’élévation en degré et la préservation de sa communauté de ce qu’il craint pour elle soient accordées à notre maître MouHammad Al-‘Amîn, l’Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l’Islam la religion de tous les Prophètes du premier ‘Adam au dernier MouHammad.

1- Tout ce qui sort des orifices inférieurs : c’est-à-dire par devant ou par derrière, que cela soit une chose habituelle comme l’urine, les selles ou les gaz, ou occasionnelle comme les calculs, les vers, le madhiyy [liquide blanc fin qui sort lors d’une poussée de désir] ou le wadiyy [liquide blanc épais qui sort lors d’un grand effort], sauf le maniyy dont la sortie sans contact direct avec une femme ne rompt pas le wouDôu’ mais rend obligatoire le ghousl.

2- Qu’un homme touche peau contre peau une personne de sexe féminin ‘ajnabiyyah et qui a atteint l’âge auquel elle peut être désirée par quelqu’un de normal : ainsi, si un homme touche une personne de sexe féminin ‘ajnabiyyah que les gens équilibrés peuvent désirer, alors son wouDôu’ est annulé. Al-‘ajnabiyyah c’est celle qui n’est pas maHram. Al-maHram, c’est celle qu’il est interdit d’épouser à jamais, soit par proche parenté comme la mère ou la sœur, soit par alliance comme la mère de l’épouse, soit par allaitement comme la sœur de lait. Toucher une ‘ajnabiyyah autre que son épouse est interdit. Il n’y a pas de différence entre la femme qui est jeune ou vieille et non désirable. Quant à la petite fille qui n’est pas désirée par les gens équilibrés, la toucher n’annule pas le wouDôu’. Ce qui annule le wouDôu’, c’est de toucher la peau de la ‘ajnabiyyah, c’est-à-dire que le contact avec sa dent, son ongle ou ses cheveux n’annule pas le wouDôu’, bien que cela soit illicite. De même, le contact à travers quelque chose qui empêche le contact direct n’annule pas le wouDôu’.

3- La perte de conscience, sauf quand on s’endort assis bien calé sur son postérieur : celui qui a perdu conscience par la folie, la crise d’épilepsie, l’ivresse ou le sommeil, son wouDôu’ est annulé sauf celui qui s’est endormi bien calé sur son postérieur, c’est-à-dire en collant son postérieur au sol, de manière à ce qu’il n’y ait pas d’espace libre entre lui et le sol. Quant à la somnolence, elle n’annule pas le wouDôu’ : c’est l’état dans lequel on entend la parole de ceux qui sont autour de soi mais on ne la comprend pas.

4- Le toucher par contact direct du sexe d’un humain ou de son anus avec l’intérieur des mains par contact direct : que ce soit celui d’une personne âgée ou non, de sexe masculin ou non, de soi-même ou non. Le Prophète, Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam , a dit :

« من مسّ ذَكَرَه فليَتوضّأ »

ce qui signifie : « Celui qui touche son sexe, qu’il fasse le wouDôu‘ », [rapporté par At-Tirmidhiyy et Al-Bayhaqiyy]

Toucher les fesses, ou toucher le sexe d’autre que l’être humain n’annule pas le wouDôu’.

Ce qui annule, c’est le contact avec l’intérieur des mains, par contact direct. Ainsi, le contact avec le dos de la main ou à travers une chose qui empêche le contact direct n’annule pas le wouDôu’. L’intérieur des mains, c’est la partie en contact des deux mains lorsqu’on pose le plat de la main sur l’autre, en appuyant légèrement et en écartant les doigts.

Information utile : les gaz qui sortent par devant n’annulent pas le wouDôu’.

Selon l’Imam ach-châ`iyy il faut se nettoyer les parties intimes suite aux pertes blanches et refaire l’ablution, mais il y a un autre avis selon l’Imam Mâlik qui dit que cela n’annule pas le wouDôu’ car ce n’est pas quelque chose d’habituelle (chez toutes les femmes).

Ce qui est interdit à celui qui a annulé la petite ablution

Il est interdit à celui dont le wouDôu’ a été rompu d’accomplir la prière -la prière obligatoire et la prière surérogatoire- ainsi que les tours rituels autour de la Ka`bah, qu’ils soient obligatoires ou surérogatoires, car les tours rituels sont comme la prière sauf qu’il y est permis de parler.

Il lui est aussi interdit de porter le livre du Qour’ân ( Al-Mous-haf ) ou de le toucher c’est-à-dire d’en toucher les pages ou la reluire qui est reliée au Moushaf, à moins qu’il y ait nécessité.

Il est cependant permis à celui dont le wouDôu’ est rompu de réciter le Qour’ân, d’entrer dans une mosquée et d’y rester.

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

Articles en Relation

2 Comments

  1. Sunnite

    Selon l’Imam ach-châ`iyy il faut se nettoyer les parties intimes suite aux pertes blanches et refaire l’ablution, mais il y a un autre avis selon l’Imam Mâlik qui dit que cela n’annule pas le wouDôu’ car ce n’est pas quelque chose d’habituelle (chez toute les femmes).

  2. Sunnite

    Maladie urinaire : Si la personne peut avoir un temps de pureté durant les temps des prières (voir: http://www.sunnite.net/horaires-des-prieres-pour-un-mois-temps-des-prieres/) qui suffit pour accomplir la prière avec la purification dans ce cas elle doit attendre que l’urine cesse de couler avant la fin du temps de la prière. Mais si l’urine ne cesse de couler elle va uriner, elle se nettoie, elle met quelque chose qui empêche l’urine d’atteindre les vêtements, elle fait la petite ablution avec l’intention de se rendre permise la prière et elle accomplie la prière immédiatement après cela et elle refait cela pour chaque prière.

Les commentaires sont fermés