Les Règles de Condoléances en Islam. Lavage du mort et préparatifs funéraires

Les Règles de Condoléances en Islam. Lavage du mort et préparatifs funéraires

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

La louange est à Dieu le Créateur du monde Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps, rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit, quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent, et que l’élévation en degré et la préservation de sa communauté de ce qu’il craint pour elle soient accordées à notre maître MouHammad Al-‘Amîn, l’Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l’islam la religion de tous les Prophètes du premier ‘Adam au dernier MouHammad.

Allâh ta`âlâ dit dans le Qour’ân honoré :

﴿ كُلُّ نَفْسٍ ذَآئِقَةُ الْمَوْتِ وَإِنَّمَا تُوَفَّوْنَ أُجُورَكُمْ يَوْمَ الْقِيَامَةِ فَمَن زُحْزِحَ عَنِ النَّارِ وَأُدْخِلَ الْجَنَّةَ فَقَدْ فَازَ وَما الْحَيَاةُ الدُّنْيَا إِلاَّ مَتَاعُ الْغُرُورِ ﴾

( koullou nafsin dhâ’iqatou l-mawti wa ‘innamâ touwaffawna ‘oujourakoum yawma l-qiyâmah ; faman zouHziHa `anni n-nâri wa ‘oudkhila l-jannata faqad fâza wa mâ l-Hayâtou d-dounyâ ‘il-lâ matâ`ou l-ghourôur )

ce qui signifie : « Toute âme goûtera à la mort ; vous recevrez votre rétribution au jour du jugement ; celui qui sera éloigné de l’enfer et qu’on fera entrer au paradis aura gagné ; la vie du bas monde n’est qu’un bien trompeur » [sôurat ‘Ali `Imrân ‘âyah 185]

Mouslim et AT-Tabarâniyy ont rapporté de ‘Oummou Salamah qu’elle a dit :

« سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول: ما من عبد تصيبه مصيبة فيقول: إنَّا لله وإنَّا إليه راجعون اللهم واْجُرْني في مصيبتي وأخلف لي خيرًا منها إلا ءاجره الله تعالى في مصيبته وأخلف له خيرًا منها »

( sami`tou Raçôula l-Lâhi Salla l-Lâhou `alayhi wa sallama yaqôulou : mâ min `abdin touSîbouhou mouSîbatoun fayaqôulou : ‘innâ li l-Lâhi wa ‘innâ ‘ilayhi râji`ôun, Allâhoumma wa-‘journî fî mouSîbati wa ‘akhlif lî khayran minhâ, ‘il-lâ ‘Ajarahou l-Lâhou ta`âlâ fî mouSîbatihi wa ‘akhlafa lahou khayran minhâ )

ce qui signifie : « J’ai entendu le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam dire : il n’y a pas un esclave à qui advienne une épreuve et qui dise : « Certes nous appartenons à Allâh et nous reviendrons à Son jugement, ô Allâh accorde-moi des récompenses dans mon épreuve et fais-la suivre par ce qui est meilleur qu’elle », sans que Allâh ta`âlâ ne le récompense dans son épreuve et ne la fasse suivre par ce qui est meilleur qu’elle ». Ô Allâh, ne fais pas que notre épreuve survienne dans notre religion, ô Toi le Seigneur des mondes.

Allâh ta`âlâ a créé les créatures et leur a prédestiné des termes. Bonheur à celui qui se prépare pour ce qui vient après la mort, qui aura pris des provisions à partir de la résidence de l’anéantissement pour la résidence de l’éternité.

Nous parlerons mes frères de foi de ce qui est parvenu dans la Loi de l’Islam concernant le mort musulman et notamment ce qui concerne le lavage de son corps, son enveloppement dans un linceul, la prière funéraire en sa faveur, son enterrement et son talqîn. Ainsi, si tu es éprouvé par la perte d’un être cher ou d’un proche parent, tu suivras la Loi et tu ne seras pas un simple imitateur de traditions qui peuvent être conformes à la Loi tout comme ne pas l’être.

Les Règles de Conduite pour les Condoléances

Partons, mon frère musulman, du moment auquel tu apprends la nouvelle du décès. Que vas-tu dire et que vas-tu faire ? Dis :

« إنَّا لله وإنَّا إليه راجعون »

( ‘Innâ li l-Lâhi wa ‘innâ ‘ilayhi râji`ôun )

ce qui signifie :  » Certes nous appartenons à Allâh et nous reviendrons à Son jugement « .

Pour présenter les condoléances à un musulman qui a perdu un proche musulman nous disons :

« عظَّم الله أجركم وغفر لميِّتكم »

(`aDH-DHama l-Lâhou ‘ajrakoum wa ghafara limayyitikoum)

qui veut dire : que Dieu augmente votre récompense et qu’Il pardonne à votre mort . [Nous rappelons que Dieu ne pardonne pas à celui qui meurt non musulman et ne lui accorde pas de récompenses dans l’Au-delà].

Garde toi d’objecter contre Allâh. Garde toi de te mettre en colère contre Allâh. Quelle parole éminente que celle qu’a dite le Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam lors du décès de son fils ‘Ibrâhîm :

« إن العين لتدمع وإنّ القلب ليحزن وإنا على فراقك يا إبراهيم لمحزونون ولا نقول إلا ما يرضي ربّنا »

(‘inna l-`ayna latadma`ou wa ‘inna l-qalba layHzanou wa ‘inna `alâ firâqika yâ ‘Ibrâhîmou lamaHzounôuna wa lâ naqôulou ‘il-lâ mâ yourDî Rabbanâ )

ce qui signifie : « Certes les yeux larmoient et le cœur est attristé, et nous sommes chagrinés pour ta séparation ô Ibrâhîm. Mais nous ne disons que ce que notre Seigneur agrée ».

Mouslim a rapporté de ‘Oummou Salamah, que Allâh l’agrée, qu’elle a dit :

« دخل رسول الله صلى الله عليه وسلم على أبي سلمة وقد شق بصره فأغمضه، ثم قال: إن الروح إذا قبض تبعه البصر فضج ناس من أهله فقال لا تدعوا على أنفسكم إلا بخير فإن الملائكة يؤمِّنون على ما تقولون  » ثم قال: « اللهم اغفر لأبي سلمة وارفع درجته في المهديين واخلفه في عقبه في الغابرين واغفر لنا وله يا رب العالمين وأفسح له في قبره ونور له فيه »

( dakhala Raçôulou l-Lâhi Salla l-Lâhou `alayhi wa sallama `alâ ‘Abî Salamah wa qad chaqqa baSarouhou fa’aghmaDahou thoumma qâla : ‘inna r-rôuHa ‘idhâ qoubiDa tabi`ahou l-baSarou faDajja nâçoun min ‘ahlihi faqâla la tad`ôu `alâ ‘anfoucikoum ‘il-lâ bikhayrin fa’innâ lmalâ’ikata you’amminôuna `alâ mâ taqôuloun. Thoumma qâla : Allâhoumma-ghfir li’Abî Salamah wa rfa` darajâtahou fi l-mahdiyyîna wa khloufhou fî `aqibihi fi l-ghâbirîna wa ghfir lanâ wa lahou ya Rabba l-`Alamîna wa fsiH lahou fi qabrihi wa nawwir lahou fîh )

ce qui signifie : « Le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam est entré chez Abôu Salamah qui avait les yeux grands ouverts. Il les lui a fermés puis a dit : lorsque l’âme est retirée, le regard la suit et les gens autour de lui en sont perturbés. Il a dit : Ne faites que des invocations en bien pour vous car les anges disent ‘Amîn pour ce que vous dites. Ensuite il a dit : Ô Allâh pardonne à Abôu Salamah, élève son degré parmi les bien-guidés et fais que sa descendance lui succède dans les générations à venir, pardonne-nous ô Seigneur des mondes ainsi qu’à lui et élargis-lui sa tombe et éclaire-la lui ».

Comment laver le mort

Ce qui est obligatoire pour le lavage du mort, c’est de répandre de l’eau sur tout son corps : peau, poils et cheveux avec de l’eau purificatrice et ce, une seule fois. Ce qui se rajoute au simple lavage est recommandé. Parmi les actes recommandés, il y a de commencer par laver la tête. Ensuite de répandre de l’eau sur l’avant de la moitié droite de son corps, puis l’avant de la moitié gauche puis l’arrière de la moitié droite et l’arrière de la moitié gauche. C’est cet ordre-là qui est le meilleur.

Il est obligatoire de couvrir la zone de pudeur du mort et de mettre un gant ou quelque chose qui empêche le contact direct pour laver sa zone du pudeur (entre le nombril et les genoux), pour le reste du corps ceci est recommandé.

Il est recommandé de laver le mort sous un toit et qu’il soit sur une planche ou ce qui du même genre.

Il est aussi recommandé de laver le mort dans un endroit isolé, n’ assiste à cela que celui qui lave, son aide ainsi que le tuteur du défunt.

De même il est recommandé détourner son regard du mort.

Il est aussi recommandé de laver le mort avec de l’eau froide sauf pour une nécessité. Prioritairement avec l’eau salé telle que l’eau de la mer.

Il est également recommandé de le mettre assis, de retenir son dos avec le genou droit et de poser la main droite sur son épaule et de tenir sa nuque avec le pouce. Ensuite on appuie fortement sur son ventre avec la main gauche pour faire sortir les impuretés. Et laver l’intérieur de la bouche et du nez.

Il est aussi recommandé de lui faire le WouDôu’, la petite ablution comme le vivant ensuite de l’essuyer, ensuite de commencer à laver sa tête, ensuite la partie droite avant ensuite la partie gauche avant ensuite la partie arrière droite puis gauche. Il est interdit de plaquer sur le visage mais en le bascule tantôt à gauche, tantôt à droite.

Il est recommandé de mettre de l’encens, bakhôur, depuis sa mort jusqu’à la fin de son lavage.

Il est également recommandé de mettre du sidr – du jujubier – ou ce qui est de cet ordre dans l’eau utilisée pour le lavage. Le Messager de Allâh صلى الله عليه وسلم a ainsi ordonné aux femmes qui s’étaient chargées du lavage de sa fille Zaynab de mettre du sidr dans l’eau utilisée pour son lavage.

[Pour apprendre pratiquement comment laver un mort vous pouvez nous contacter. cliquer ici]

Préparatifs funéraires et enterrement

Le minimum du devoir pour le linceul est réalisé en enveloppant tout son corps. Exception est faite pour la tête de celui qui est en rituel de pèlerinage ou de `oumrah et qui est mort avant le premier désengagement rituel. En effet, sa tête n’est pas recouverte et on la laisse découverte. Il sera ressuscité ainsi au jour du jugement en état de rituel et en répétant la talbiyah :

« لبَّيْكَ اللهمَّ لَبَّيْك ، لبَّيْكَ اللهمَّ لَبَّيْك »

( labbayka l-Lâhoumma labbayk, labbayka l-Lâhoumma labbayk )

Pour ce qui est de la prière funéraire, elle possède en commun avec la prière obligatoire les conditions de validité. Il s’agit en l’occurrence de faire face à la qiblah, d’avoir la purification des deux Hadath et de l’élimination de toute najâçah non tolérable ainsi que le reste des conditions. Il y est indispensable également d’éviter les causes d’annulation de la prière. Ainsi, tout ce qui annule la prière annule également la prière funéraire. Après cela, le défunt est emmené au cimetière. ( voir chapitre la prière funéraire ).

Il est recommandé après l’enterrement du mort musulman de lui faire le talqîn en l’appelant par son nom trois fois :

يا عبد الله بن أمة الله
يا عبد الله بن أمة الله
يا عبد الله بن أمة الله
أذكر العهد الّذي خرجت عليه من الدُّنيا

Yâ `Abda l-Lâh bna ‘amati l-Lâh
Yâ `Abda l-Lâh bna ‘amati l-Lâh
Yâ `Abda l-Lâh bna ‘amati l-Lâh
‘Oudhkouri l-`ahda l-Ladhî kharajta `alayhi mina d-Dounyâ
Chahâdata ‘allâ ‘ilâha illa l-Lâh wa ‘anna MouHammadar-Raçôuloul-Lâh
Wa ‘annaka raDîta bi-Lâhi rabbâ wa bi-l-’islâmi dîna wa bi MouHammadin Nabiyyâ wa bi l-Qour’âni imâmâ

Suite au talqîn , il a été rapporté que les anges Mounkar et Nakîr n’interrogent pas le mort musulman.

Imagine-toi mon frère croyant étendu à l’endroit où l’on te lave le corps puis transporté sur une civière vers le cimetière. Bonheur à celui qui aura préparé des provisions pour le jour de la résurrection. Bonheur à celui qui aura rassemblé de bons actes dans ce bas monde éphémère qui va s’anéantir en prévision de ce qui vient après la mort. Lorsque le vertueux est emporté au cimetière, son âme est au-dessus de son corps. Tant l’âme est heureuse et se languit de la tombe vers laquelle elle est emmenée qu’elle dit : Emmenez-moi, emmenez-moi.
Ô Allâh, fais que nous soyons de ceux-là ô Seigneur des mondes.

Voir aussi : La Miséricorde de Dieu est réservée aux Musulmans dans l’au-delà

Ô Allâh, fais que nous soyons fermes lors de l’arrivée des épreuves et des catastrophes, ô Toi le Plus miséricordieux des miséricordieux.

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

Voir : Pompes funèbres musulmanes

Articles en Relation

1 Comment

Les commentaires sont fermés